Journée internationale de tolérance zéro envers les mutilations génitales féminines : un honteux silence des féministes occidentales ! – Tribune de Christian Estevez, fondateur de « Femmes du Monde magazine »

Hier, 6 février, une journée internationale de tolérance zéro envers les mutilations génitales féminines avait encore lieu.

Depuis de nombreuses années, je milite personnellement, chaque fois avec les petits moyens que j’ai à ma disposition, pour lutter contre cette pratique infecte, constatant, chaque année, que les féministes occidentales ne se bousculent pas au portillon pour s’élever contre cette pratique abjecte, alors même que, depuis quelques années, ce sont mêmes alors qu’elles ne sont que des bébés que les filles subissent cette pratique !

Ayant fondé « Femmes du Monde magazine », l’été dernier, voilà que je peux, enfin, apporter une contribution un peu plus grande à ce combat, par la rédaction de la présente tribune.

N.B : Certaines images sont susceptibles de heurter les personnes fragiles, émotionnellement.

Des années et des années que ce combat contre un acte de pure barbarie, porté par une pensée primaire/primitive (dans tous les sens du terme), se mène. Malgré cela, ce sont, aux moins deux cents millions de représentantes de la gent féminine qui ont subi la violence et le traumatisme de l’excision!

Mais, malgré toutes ces années à essayer d’endiguer ce fléau, celui-ci s’avère de plus en plus pratiqué hors des « pays d’origine » de cette tradition, par les personnes immigrées (principalement d’Afrique sub-saharienne) vivants dans les pays occidentaux qui, au nom du droit au respect de la culture et aux traditions, non seulement, refuse d’entendre raison, mais, en plus, se « débrouille », depuis quelques années, pour pratiquer cet acte immonde sur des petites filles de plus en plus jeunes, et au point d’en arriver à le faire sur des nourrissons, pour s’assurer que les lois des pays occidentaux ne pourront pas les empêcher de commettre cet acte issue de sociétés misogynes arriérées!!!

1__U2MLIbVQZJ4kicdVVAt4A

C’est particulièrement le cas en Grande-Bretagne, comme le démontre les chiffres du rapport du programme Victoria Derbyshire.

Pourquoi les autorités n’enraillent-elles pas cette pratique qui se fait, à présent, sur les bébés?

Principalement parce que, comme tous les pays occidentaux ayant colonisés, il y a, à présent, la culpabilité mal placée, qui fait confondre « colonisation » et « respect des droits humains fondamentaux », d’autant que le discours victimaire des descendants de colonisés considère que, aller contre leurs « valeurs ancestrales » – quelles qu’elles soient -, c’est pratiquer la colonisation morale et être raciste. De ce fait, beaucoup de professionnels de la santé (particulièrement les médecins) ont peur de se faire traiter de raciste!

2d3919f1-0847-4902-bdaf-d15514a7ff30

Autre raison à l’accroissement de cette pratique sur des nouvelles-nées, est que la Grande-Bretagne – contrairement à la France, bien plus engagée sur cet acte inqualifiable, et où tous les enfants âgés de moins de six ans sont soumis à des examens génitaux réguliers et les médecins tenus de signaler tous les cas de maltraitance physique -, n’oblige pas à des visites médicales régulières fréquentes, permettant de constater très vite (et donc de sanctionner pénalement les parents et/ou autres auteur(e)s de ces CRIMES) que l’excision a été pratiquée. Non seulement, l’idée d’une « surveillance des nourrissons » choque ces « braves âmes si humaines mais, en plus, la loi britannique en est encore à attendre que les victimes portent plainte elles-mêmes !!!

88475b

Selon la loi britannique, c’est à cette petite fille d’aller porter plaine pour que la justice face son devoir…

Et les grandes féministes occidentales, dans tout cela (connues ou non), où se trouvent-elles et que font-elles contre cet acte qui, pour le coup, pourrait prétendre à être considérer comme du féminicide (contrairement à ce que l’idéologie met, en réalité, sous se mot, et qui n’en est pas le moins du monde)???!!!!

Réponse : RIEN!!!

Vous trouverez des références à quelques actes et/ou prises de positions isolés. Mais aucune de celles qui ne cessent d’aboyer contre « le sale porc d’homme blanc » n’émettent même le moindre jappement!!!

Logique, puisqu’il s’agit d’un acte pratiqué par des femmes noires et non par des hommes blancs!!!

De là à passer la pratique de l’excision dans la même catégorie que le droit pseudo-féministe, du port du voile, il n’y aura bientôt plus qu’un pas (que certain(e)s ont déjà déjà dû franchir, en fait).

SC290992

Le combat contre l’excision, de la part des féministes occidentales, rien de plus que les cartes postales « ethnologiques »  de l’époque coloniale?

Alors, je n’ose même pas imaginer que, un jour, l’on puisse s’attaquer au pendant masculin de l’excision, tout aussi archaïque, tout aussi immonde, tout aussi issu de cette maladie mentale qu’est la «croyance », et qui n’a pour d’autre nom que : LA CICONCISION !!!

Christian Estevez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s