Un ouvrage de sexologie interdit de promotion par Facebook, Twitter et Instagram pour cause du mot « vagin » dans son titre !

La pudibonderie a encore frappé sur les trois plus importants réseaux sociaux que sont Facebook, Twitter et Instagram. Et, cette fois, c’est un ouvrage de sexologie tout ce qu’il y a de plus sérieux qui en fait les frais.

La gynécologue et obstétricienne canado – etats-unienne, Jennifer Gunter, vient de sortir son second ouvrage ayant pour but d’informer sur cette partie du corps de la femme qu’est le vagin, et d’en faire tomber les idées reçues. A juste titre, elle l’a intitulé «The bible of vagina » (« La bible du vagin »).

Et, comme à notre époque, il est très important de faire la promotion des livres également par publications sur les réseaux sociaux, son éditeurs, « Kensington books », a lancé une campagne promotionnelle sur les principaux réseaux sociaux que sont Facebook, Twitter et Instagram. Mais, oh surprise !, ces trois géants états-uniens ont refusés la diffusion des publications de promotion de ce livre, simplement parce qu’il contenait le mot « vagin » !

L’éditeur l’a fait savoir par une autre publication, écrivant : « Nous n’avons pas été autorisés à mentionner le titre du livre dans la publicité, mais soyez assurés que vous voulez le lire ! », a indiqué la maison d’édition dans un message posté sur Twitter, à défaut d’une publicité. En effet, toutes les annonces ont été bloquées par les réseaux sociaux. Le terme « vagin » ne respecte pas les conditions d’utilisation des plateformes. ».

En fait, la raison de refus officielle de Twitter invoquée est « usage d’un langage inapproprié ou promotion des produits sexuels destinés aux adultes ». Par la suite, un porte-parole de Twitter à déclaré, sur l’antenne de « CNN » que cela était dû à une combinaison « d’erreurs humaines et de violations des conditions générales »….Mais cela n’a pas, pour autant, levé l’interdiction de la publication promotionnelle du livre… !!!

L’autrice, s’exprimant sur cette affaire, à déclarée, quand à elle, sur son compte Twitter : « Notre incapacité sociétale à dire le mot “vagin” comme nous disons “coude” est une des raisons pour lesquelles j’ai insisté sur le terme “vagin” dans le titre. Lorsque nous n’avons pas le droit de dire un mot, c’est parce qu’il est considéré comme sale ou honteux », explique-t-elle en jugeant le refus des plateformes « ridicule ».

Jennifer Gunter ne pouvait donc pas fournir, involontairement, preuve plus flagrante, de l’a priori bigot sur tout ce qui touche à la sexualité et même, tout simplement, à l’utilisation des mots l’exprimant, qui, si elle a toujours été très présente dans l’ensemble des sociétés humaines, est, aussi étrange que cela pourrait paraître, dans les idéologies s’affirmant progressistes, mais, en réalité, toutes dogmes du politiquement correct !

Christian Estevez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s