Littérature – Abnousse Shalmani : « Je n’ai pas de frontières. Je n’ai pas de racines »

Il y a un an, nous avions la chance et le plaisir d’interviewer l’écrivaine, essayiste et journaliste Abnousse Shalmani, pour parler de son premier roman, intitulé « Les exilés meurent aussi d’amour ».

Cette interview fit d’ Abnousse Shalmani la première couverture de notre magazine papier (N°1 – 4ème trimestre 2018).

Alors, pour célébrer ce premier anniversaire, et en attendant de lire notre avis sur son nouvel ouvrage, un essai intitulé « Eloge du métèque », dans les pages de notre second volet de notre grand dossier spécial « Grande rentrée littéraire 2019 », de notre numéro d’octobre 2019, nous vous proposons de découvrir l’interview qu’Abnousse Shalmani nous avait accordé le 16 octobre 2018, en vidéo, dans sa version intégrale (49 minutes d’interview ne pouvant figurer dans un magazine papier).

16 octobre 2018. Nous avons rendez-vous avec l’essayiste et, nouvellement, romancière, Abnousse Shalmani, à l’hôtel des saints pères, à quelques tours de roues des bureaux des éditions Grasset chez qui Abnousse Shalmani sort son deuxième ouvrage, un roman intitulé « Les exilés meurent aussi d’amour ».

Ce roman, nous nous sommes littéralement « jeté dessus », lorsque nous l’avons reçu de la part de son éditeur, tant nous étions pressé d’avoir, à nouveau, le plaisir de lire Abnousse Shalmani, que nous avions si agréablement découvert avec son essai « Khomeiny, Sade et moi », sorti en avril 2014.

Contrairement à nos habitudes, c’est en retard d’un petit quart d’heure (merci la RATP et ses métros non adaptés qui nous obligent à ne prendre que des bus, à Paris), que nous arrivons à l’hôtel des saints pères, trouvant Abnousse Shalmani entrain de « prendre l’air » et échangeant avec son attachée de presse. Cette vision si fraîche, si naturelle de cette auteure que nous admirons encore plus depuis la lecture de son roman, nous assure, en notre for intérieur, que l’interview sera une véritable partie de plaisir, aussi bien dans la simplicité – et donc l’accessibilité – de la primo-romancière, que la visible correspondance, la réelle cohérence, entre la personnalité d’Abnousse Shalmani et le contenu de ses deux ouvrages.

Le résultat de cette si agréable entrevue (qui figure, encore aujourd’hui, dans le « Top 5 » des plus agréables interview que nous ayons réalisé à ce jour), nous vous l’offrons, ici, dans sa version intégrale (les trois pages et demie disponible dans notre premier numéro papier ne pouvant contenir quarante-neuf minutes d’échanges aussi riches que ceux que nous avons eu avec Abnousse Shalmani). Qui plus est, c’est par le support vidéo que nous avons décidé de vous partager avec vous cet entretient car la personnalité d’Abnousse Shalmani est tellement « solaire », rayonnant la bonne humeur et la gentillesse, qui irradient de son « double sourire » (celui de ses lèvres, mais, aussi, de son regard), qu’il eut été véritablement égoïste de notre part que de ne pas vous en faire profiter également.

Christian Estevez

Crédit photo : Christian Estevez

P.S. : vous pouvez également retrouver cette interview dans le N°1 de « FemmeS du Monde magazine », à nouveau disponible en vente par correspondance (en faire la demande en nous laissant un message à partir de la page « contact » du site, de notre page Facebook ou notre compte Twitter).

couverture FemmeS du Monde HS1

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s