Valentine Goby lauréate 2019 du prix littéraire « Sport Scriptum ».

La vingt-quatrième édition du prix « Sport Scriptum », qui récompense un ouvrage dont le sujet est le sport, a été attribué à la très prolifique écrivaine et multi lauréate littéraire, Valentine Goby, pour son son roman « Murène ».

C’est ce 13 novembre que l’UJSF (Union des Journalistes Sportifs Français) et la FDJ (Française Des Jeux), réunis depuis 1996 pour l’attribution du prix « Sport Scriptum », ont fait de l’écrivaine française, Valentine Goby, la vingt-quatrième lauréate de ce prix qui récompense un ouvrage traitant du sport, avec son roman « Murène », succédant ainsi, à Guy Bolay, qui l’avait reçu en 2018 pour « Quand Dieu boxait en amateur ».

Auteure de, déjà, treize ouvrages de littérature générale et d’une très grande quantité d’ouvrages consacrés à la jeunesse, depuis 2002, et lauréate d’une quantité impressionnante de prix littéraires (dont quatorze rien que pour son très puissant roman « Kinderzimmer », paru à l’occasion de la grande rentrée littéraire 2013), Valentine Goby parle, cette fois-ci, avec son roman « Murène » (édité chez Acte Sud), de la naissance du handisport, au travers de la vie de fronçais, jeune homme âgé de vingt-deux ans en 1956, lorsqu’il est victime d’un accident qui le prive de ses deux bras mais qui, par sa force intérieure, sa capacité à la résilience (comme c’est généralement le cas des personnages principaux des ouvrages de Valérie Goby), se mettra à la natation de haut niveau et le conduira jusqu’aux jeux para-olympiques de Tokyo, en 1964.

Comme l’a déclaré l’autrice, c’est en voyant les images du nageur chinois Zheng Tao, le sourire radieux, après avoir remporté le titre olympique du 100m dos crawlé à Rio, en 2016, et établissant un nouveau record mondial en pulvérisant le précédent, que l’écrivaine se rend compte qu’elle ne connaît rien du handisport qui questionne le rapport à la norme.

A noter que « Murène », publié le 21 août dernier (et dont vous pouvez trouver notre avis dans le numéro papier de septembre de « FemmeS du Monde magazine ») a obtenu le prix « Sport Scriptum » par six voix contre trois pour le journaliste et écrivain, co-fondateur du célèbre «1 Hebdo », Eric Fottorino avec « Mes maillots jaunes ».

Christian Estevez

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s