Coronavirus – France : Confinée chez ses parents, elle retrouve son appartement squatté !

Alors qu’elle a préféré se confiner chez ses parents, Doriane une étudiante à l’Université de rennes 2, a vu son appartement squatté par des migrants.

L’appartement que loue Doriane à Rennes a été investi par des migrants le week-end du samedi 18 et du dimanche 19 avril. Toutes ses affaires, son mobilier et ses cours ont disparu. Le tout est survenu pendant qu’elle était confinée chez ses parents à Saint-Brieuc à cause du covid-19, d’après Ouest-France.

C’est une amie qui l’a alerté, « J’ai une amie qui habite près de mon appartement. Dimanche, elle est passée devant et elle a vu de la lumière à l’intérieur. Elle m’a alors appelé et m’a demandé si j’étais revenue à Rennes.» L’amie en question a alors constaté qu’il « y avait des affiches sur toutes les portes indiquant que les appartements étaient occupés par des migrants et que c’était dorénavant leur logement », poursuit la jeune femme, qui a ensuite découvert, sur les réseaux sociaux, des photos de l’habitation occupée par des migrants. « Tout mon mobilier et surtout mes cours et tous mes documents universitaires ! Tout a disparu », déplore-t-elle auprès de Ouest-France .

Toujours selon Ouest-France, l’ouverture de ce squat serait l’œuvre d’un Rennais ayant récemment fondé une association d’aide aux migrants. Contacté mercredi 22 avril par le journal, il affirme qu’il ignorait que le logement était toujours occupé. « Cette occupation permet aux migrants de se conformer au confinement et de retrouver un peu de dignité… Il y a 11 habitants, 8 adultes et trois enfants », plaide-t-il aussi, avant de changer de discours : « Je n’ai rien à voir dans cette ouverture. Je leur ai juste amené de l’alimentaire. »

Des traces d’infractions on été remarquées sur la porte de l’appartement de la jeune fille et la serrure a aussi été changée. La locataire et sa mère ont donc contacté l’agence immobilière qui leur louait le logement depuis trois ans. « Nous nous sommes rendus sur place et nous avons effectivement constaté que l’immeuble était occupé par des migrants. Nous l’avons fait constater par un huissier et porté plainte », explique l’entreprise.

Doriane a aussi porté plainte à la gendarmerie. Seulement, la loi stipule qu’au-delà de 48 heures après l’installation des nouveaux occupants, une procédure judiciaire est nécessaire pour les en déloger.

Un fait similaire s’était produit à Toulouse, où un homme s’était introduit chez un étudiant absent et squattait son appartement. Il avait entrepris de vendre ses biens sur le net. Il a été interpellé.

Kevin Negalo

Un commentaire

  • Je pense que nous sommes arrivés à un stade ol ne faut plus passer par la légalité qui n’existe pas en France. Comme au USA
    on récupère car c une propriété privée
    Mademoiselle vous êtes partie pour 3 ans
    Bon courage.
    Moi je dis il faut que la loi change et rapidement

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s