La Première ministre Néo-zélandaise encourage la semaine de 4 jours pour relancer l’économie.

La Première ministre Jacinda Ardern affirme que la semaine de quatre jours permettrait de relancer l’économie du pays durement touché à cause de la crise de la covid-19.

La première ministre de Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern, a évoqué, ce mercredi, la possibilité pour les salariés de bénéficier de jours fériés supplémentaires et d’une semaine de travail de quatre jours afin de relancer l’économie durement frappée par sept semaines de confinement.

Elle affirme que la semaine de quatre jours permettrait à la fois d’améliorer l’équilibre vie professionnelle / vie familiale et de relancer le tourisme. En outre, elle souhaite inciter les néo-zélandais à voyager dans le pays pour relancer l’économie. Ce domaine d’activité est primordial pour le pays car il emploie 15 % de la population active et contribue pour près de 6 % au PIB. Avec la limitation des voyageurs étrangers due au covid-19, la Première ministre Jacinda Ardern a donc étudié plusieurs mesures pour relancer l’économie.

C’est dans un live Facebook depuis Rotorua, une ville réputée pour ses geysers et sa culture maorie, que la Première ministre a proposé aux employeurs néo-zélandais des mesures fortes : mettre en place une semaine de quatre jours de travail, ainsi que davantage de jours de repos ou jours fériés. « Au bout du compte, ce sera aux employeurs et employés de décider. Mais nous avons tellement appris avec le Covid 19, y compris avec la flexibilité qu’offre le télétravail et la productivité qu’il génère. C’est un moment exceptionnel et nous devrions être prêts à envisager des idées extraordinaires.», a expliqué la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern

« Si vous êtes un employeur et en position de le faire, je vous encourage vraiment à y penser. Cela aiderait grandement le tourisme dans tout le pays ». Pas de loi en vue donc mais de vifs encouragements. Elle ajoute un autre argument : les week-ends prolongés devraient limiter la pollution provoquée par les embouteillages des heures de pointe et amélioreraient la santé mentale et la qualité de vie de tous les salariés.

La Première ministre néo-zélandaise rame en sens inverse des dirigeants du monde, empressés de retrouver la croissance économique en promettant à leurs concitoyens des lendemains de labeur intense. Par solidarité avec ses concitoyens qui éprouvent des difficultés financières, elle et ses ministres ont annoncé qu’ils allaient baisser leur salaire de 20%.

Lire aussi : Coronavirus – Nouvelle Zélande : la Première ministre néo-zélandaise renonce à 20% de son salaire.

La Nouvelle-Zélande, qui compte une population de cinq millions d’habitants, a jusqu’à présent géré de façon relativement efficace l’épidémie, à la faveur d’un confinement très strict imposé dès la fin mars, le pays compte au total seulement 21 morts et 1 500 personnes contaminées et aujourd’hui la Nouvelle-Zélande ne compte que 3 cas actifs.

Le gouvernement néo-zélandais travaille également à la création d’une ligne aérienne spéciale avec l’Australie pour favoriser les échanges de voyageurs entre les deux pays qui ont réussi à contenir la propagation du virus. Une initiative malheureuse concernant la pollution engendrée par ce type de transport.

Kevin Negalo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s