Grande rentrée littéraire 2020 : Le prochain Nothomb s’intitule « Les aérostats » – Présentation et interview de l’auteure !

Ce 22 juin, les éditions Albin Michel ont présenté, en direct, onze titres phares de leur grande rentrée littéraire. Comme chaque année, il y avait Amélie Nothomb pour présenter son nouveau livre.

Nous vous en parlons dans cet article, avec, en prime, l’interview de 15 minutes de l’auteure, en vidéo.

C’était ce lundi 22 juin 2020 qu’Albin Michel faisait son traditionnel direct pour présenter quelques titres phares de sa grande rentrée littéraire 2020.

Au programme de cette présentation vidéo de plus de deux heures, onze romans, dont trois d’autrices…seulement… Mais que nous vous présenteront, chacune dans un article spécifique.

Parmi ces trois autrices, l’incontournable Amélie Nothomb, concluant, comme chaque année, la série d’interviews servant à présenter les ouvrages au grand public.

Cette année, le nouveau roman de la célèbre écrivaine belge s’intitule « Les aérostats », en référence à ces ballons dirigeables qui, promis à un grand avenir, il y a un siècle, disparurent de la circulation aérienne après le drame mémorable (et filmé) du Zeppelin Hindenburg, qui brûla entièrement en 34 secondes, du fait de ses 190 000 m3 d’hydrogène, le 6 mai 1937. « Les aérostats » sortira le 19 août 2020.

Mais ce n’est pas pour nous parler de ce que l’on appelait les « cigares volants » ni d’aviation en général qu’Amélie Nothomb a choisi ce titre, pour le moins inattendu. Comme elle l’a révélé, elle-même, durant l’interview (que vous pouvez voir au bas de ce même article), c’est parce que les deux personnages principaux « auraient besoin de prendre leur envol, bien qu’ils soient, tous les deux dangereux, pouvant exploser à tout moment ».

Ces deux principaux protagonistes de « Les aérostats », ce sont :

une étudiante en philologie (étude d’une langue par l’analyse critique des textes – NDLR) à Bruxelles, se prénommant « Ange », âgée de 19 ans.

Un lycéen de 16 ans, dyslexique, qui s’appelle « Pi ».

Dans ce roman, qui est considéré comme un « conte cruel », Ange va être engagée par les parents (particulièrement « monstrueux ») de Pi pour lui donner des cours de littérature. Mais, « en retour », Pi va apprendre à Ange à « devenir jeune » car, à 19 ans, elle a tout le sérieux et la gravité d’une personne beaucoup plus âgée.

Amélie Nothomb reconnaît que Ange lui ressemble énormément.

Comme elle, Amélie Nothomb faisait des études de philologie à Bruxelles lorsqu’elle avait 19 ans. Et, comme Ange, l’auteure avoue qu’elle n’était pas jeune, elle non plus, à 19 ans, étant « devenue jeune plus tard dans sa vie », comme elle l’indique dans l’interview de 15 minutes de lundi dernier. Amélie Nothomb reconnaît, également de nombreuses autres similitudes avec Ange, dont le fait qu’elle était très seule à Bruxelles, durant ses études de philologie, ayant beaucoup de mal à rencontrer des gens, malgré les efforts qu’elle faisait pour cela, et que, de ce fait, elle attendait que sa vie prenne un tournant.

Plutôt que de tout vous dévoiler, tant du livre que de l’interview ci-dessous, nous vous laissons le loisir…et le plaisir, de découvrir, par la voix-même, de notre « écrivaine en noire » préférée qu’est Amélie Nothomb, ce que cette dernière a bien voulu dévoilé de l’histoire de ce nouveau roman – son 29ème édité – « Les aérostats » et de sa propre personne.

Christian Estevez

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s