Diana Rigg, inoubliable de « Chapeau melon et bottes de cuir » à « Game of thrones », est décédée.

La légendaire actrice britannique Diana Rigg s’est éteinte à l’âge de 82 ans ce jeudi 10 septembre à son domicile, entourée de sa famille, a indiqué son agent.

Retrouvez les grandes lignes de sa carrière dans cet article.

« Nous avons l’immense tristesse de vous annoncer que Diana Rigg est morte paisiblement, tôt ce matin », a indiqué son agent Simon Beresford dans un communiqué, précisant qu’elle est décédée « chez elle, entourée de sa famille ».

« Ma mère adorée est morte paisiblement dans son sommeil, tôt ce matin », a confirmé sa fille, l’actrice Rachael Stirling. « Elle est décédée d’un cancer diagnostiqué en mars, et a passé ses derniers mois à réfléchir joyeusement à sa vie extraordinaire, pleine d’amour, de rires et d’une profonde fierté pour sa profession ». « Il est impossible d’exprimer à quel point elle va nous manquer », a-t-elle ajouté.

Née le 20 juillet 1938 de Beryl Helliwell et Louis Rigg, Diana Rigg passe ses sept premières années à Bîkâner, en Inde, dans la province du Rajasthan, où son père travaille comme ingénieur des chemins de fer au service du Mahârâja Gangâ Singh. Diana rentre en Grande-Bretagne avec son frère Hugh, de quatre ans son aîné, en 1945. Les deux enfants sont placés dans des pensionnats, alors que leurs parents retournent en Inde. Leur mère rentre en 1947 et leur père l’année suivante.

Diana étudie l’art dramatique à la Royal Academy of Dramatic Art et en sort diplômée en juillet 1957. La même année, lors du Festival de Théâtre de York, les élèves de l’école, dont Diana, jouent « Le Cercle de craie caucasien » de Bertolt Brecht au York Theatre Royal, du 24 au 30 juin. Ce sont les toutes premières représentations en Grande-Bretagne de cette pièce et, apparemment, ce sont aussi les tout premiers pas de Diana sur scène, ses premières vraies représentations publiques. Depuis, Diana Rigg n’a jamais cessé de travailler, principalement au théâtre mais aussi à la télévision, au cinéma et à la radio.

Diana Rigg, qui reste au monde comme Emma Peel dans sa jeunesse, et en Lady Olenna Tyrell à son crépuscule, a marqué des générations de téléspectateurs dans le personnage d’une espionne fantasque, et a impressionné les amateurs de « Game of Thrones » par cette sorte de sincérité qu’elle a donnée à son personnage.

L’actrice originaire du Nord de l’Angleterre était connue dans le monde entier pour son interprétation pleine de charme et d’humour d’Emma Peel, acolyte de John Steed dans la série télévisée des années 1960 « Chapeau melon et bottes de cuir ». Elle avait aussi su tirer son épingle du jeu dans « Au service de sa Majesté », un opus de la célèbre saga d’espionnage britannique James Bond, sorti en 1969. « Cette comédienne et actrice légendaire était très appréciée des fans de James Bond pour sa performance mémorable dans le rôle de Tracy di Vicenzo, la seule femme à avoir jamais épousé » l’agent secret, ont rappelé les producteurs de la franchise, Michael Wilson et Barbara Broccoli.

Diana Rigg avait, par la suite, poursuivi une brillante carrière au théâtre, ses interprétations de Médée dans la pièce éponyme d’Euripide et de Mère Courage de Bertolt Brecht lui ayant valu plusieurs prestigieuses distinctions.

Le réalisateur britannique David Hare a salué « ce changement de cap fulgurant » qu’elle avait su insuffler à sa carrière, rendant hommage à cette « Emma Peel qui, quand elle jouait la Médée d’Euripide, la Martha d’Albee, ou la Mère Courage de Brecht, balayait tout devant elle ». « Son esprit pétillant et sa voix inimitable ont fait d’elle une figure de proue inoubliable du théâtre britannique », a ajouté le metteur en scène de théâtre et d’opéra britannique Jonathan Kent.

Pour la jeune génération, Diana Rigg restera dans les annales grâce à son interprétation d’Olenna Tyrell dans « Game of Thrones ». Son interprétation d’un personnage manipulateur, qui n’a pas peur de se confronter aux hommes les plus puissants de Westeros, apporte une dimension shakespearienne à la saga fantastico-médiévale. Le dramaturge et scénariste Tom Stoppard regrettera, lui, son talent « lumineux ». « Elle se mettait au travail en se retroussant les manches et avait un sourire pour tout le monde », s’est-il rappelé.

À un moment de sa carrière Diana a dû se battre pour être payée à la hauteur de son talent. “Au début, je gagnais moins que le cameraman, a-t-elle confié au Parisien, en 2019. Quand je m’en suis rendu compte, je m’en suis plainte. À l’époque, on m’a qualifiée de mercenaire. Aucune autre femme de la profession ne m’a soutenue […]. Au final, j’ai obtenu ce que je demandais.”

Diana Rigg a reçu deux grades dans l’Ordre de l’Empire britannique, celui de «Commander» en 1988 et celui de «Dame Commander» en 1994, en récompense d’une «carrière exceptionnelle sur scène et à l’écran en Grande-Bretagne»

Kevin Negalo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s