Littérature : « Et tournera la roue », de Sellahatin Dermitas

Retrouvez la critique du second recueil de nouvelles, « Et tournera la roue », paru le 6 septembre 2019, de Sellahatin Dermitas,, dirigeant politique et auteur kurde de Turquie, parue dans le dossier « special grande rentrée littéraire 2019 – 2/2 », du numéro d’octobre 2019 de « FemmeS du Monde magazine »

« Et tournera la roue »

Auteur : Sellahatin Dermitas

216 pages – Editions Emmanuelle Collas

Prix : 16,90€

Genre : recueil de nouvelles

Date de sortie : 6 septembre 2019

4ème de couverture :

Elles se nomment Sevtap, Zeynep ou Esmer. Ils s’appellent Devran, Serhat ou Cem(…)id. Tous, quels qu’ils soient et d’où qu’ils viennent, on les reconnaît, ces gens ordinaires dont le destin se mêle à celui d’un pays, la Turquie. De l’intime au politique, avec lucidité, humour et bienveillance, Selahattin Demirta(…) évoque, dans une galerie de portraits drôles, touchants ou révoltants, ceux qui sont soumis à la précarité, l’exil ou les inégalités sociales.

D’une grande puissance d’évocation, ce livre, qui nous rappelle que toujours « la roue finira bien par tourner », est une invitation à résister et à ne jamais perdre espoir. Selahattin Demirta(…) est nominé pour le prix Nobel de la paix 2019.

Notre avis :

Constitué de quatorze nouvelles – dont la première donne son nom au recueil -, « Et tournera la roue » est le second livre de Selahattin Dermitas, toujours emprisonné dans les geôles turques. L’homme politique devenu écrivain d’œuvres de fiction nous offre, comme pour son premier recueil « L’aurore », des tranches de vies de femmes et d’hommes (dans le précédent, seules les femmes « avaient la parole »), qui sont autant d’invitations au courage et à la résistance, et, malgré la conclusion de certaines de ces nouvelles, un message d’espoir, par son rappel que « la roue tournera », forcément, un jour, et qu’il ne faut donc jamais désespérer ni abandonner.

Dans « Et tournera la roue », on retrouve, là encore, la même rigueur, de force, mais aussi de poésie, en terme de qualité d’écriture, de Selahattin Dermitas, qui nous avait éblouie dans son premier ouvrage.

Note : 4,5/6 étoiles

Christian Estevez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s