États-Unis : La conservatrice Amy Coney Barrett nommée à la cour suprême par le président Donald Trump

La juge conservatrice Amy Coney Barrett a été choisie pour remplacer Ruth Bader Ginsburg à la Cour suprême des États-Unis.

Donald Trump a fait son choix. Le président américain a confirmé, samedi 26 septembre, son souhait de voir Amy Coney Barrett succéder à Ruth Ginsburg à la Cour suprême des États-Unis, après le décès de cette dernière le 18 septembre. Elle avait été la première des candidates à ce poste à être reçue par le Président à la Maison Blanche.

« C’est ma troisième nomination » pour la Cour suprême « et c’est un grand moment », a déclaré DonaldTrump depuis les jardins de la Maison Blanche. « Ce soir, j’ai l’honneur de nommer l’une des juristes les plus brillantes et les plus douées du pays à la Cour suprême », a-t-il lancé, soulignant sa « fidélité sans faille » à la Constitution. « Vous allez être fantastique », a-t-il lancé en s’adressant à la juge Amy Coney Barrett, une catholique pratiquante de 48 ans, anti-avortement, debout à ses côtés.

« J’aime les États-Unis et j’aime la Constitution des États-Unis », a déclaré Amy Coney Barrett lors d’une brève allocution au cours de laquelle elle a rendu un hommage appuyé à Ruth Bader Ginsburg, la juge progressiste décédée la semaine dernière et qu’elle est appelée à remplacer. « Elle a a gagné l’admiration des femmes à travers le pays et dans le monde entier », a-t-elle souligné.

Donald Trump a engagé, au pas de course, le processus pour ancrer durablement la Cour suprême dans le conservatisme, ses juges étant nommés à vie.

La magistrate nommée par le président des États-Unis devra encore être confirmée par le Sénat, où les républicains disposent de la majorité. Le 45e président des États-Unis a prédit une confirmation « rapide ».

Les auditions doivent débuter le 12 octobre, pour un vote espéré fin octobre, quelques jours avant l’élection présidentielle du 3 novembre, selon des médias américains.

De son côté, le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden a appelé le Sénat à ne pas se prononcer sur cette nomination avant l’élection présidentielle du 3 novembre.

« Le Sénat ne devrait pas se prononcer sur cette vacance » créée par le décès de la juge progressiste Ruth Bader Ginsburg « tant que les Américains n’auront pas choisi leur prochain président et leur prochain Congrès », a-t-il dit dans un communiqué quelques minutes après l’annonce de la nomination par Donald Trump.

Une semaine tout juste après son décès, à 87 ans, « RBG » a reçu, vendredi, ses derniers hommages solennels au Capitole des États-Unis, en présence de Joe Biden et de sa colistière pour la vice-présidence, Kamala Harris.

« Aujourd’hui, la juge Ginsburg a marqué l’histoire une dernière fois », a tweeté l’ancien vice-président américain.

Elle sera inhumée dans l’intimité la semaine prochaine au cimetière national d’Arlington, près de Washington.

Kevin Negalo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s