Le papa de Mafalda, le dessinateur argentin Quino, s’est éteint à 88 ans.

Le dessinateur argentin Quino, créateur du célèbre personnage de BD Mafalda, est mort, annonce son éditeur ce mercredi.

Le papa de Mafalda, Joaquin Salvador Lavado, appelé Quino, est décédé à l’âge de 88 ans, annonce son éditeur ce mercredi. Le dessinateur argentin avait créé la célèbre héroïne de BD Mafalda. « Quino est mort. Toutes les bonnes personnes du pays et du monde entier le pleureront », a écrit Daniel Divinsky son éditeur sur son compte Twitter. Mafalda, petite fille espiègle s’intéressant aux sujets de société, avait connu un succès mondial lors de sa sortie dans les années 60, malgré la censure de plusieurs pays d’Amérique latine. Sa petite héroïne anticonformiste, restera inconsolable. Car comme Quino l’a si bien dit : «Pour moi, il a toujours été très clair que Mafalda, c’est moi. Et je ne veux pas qu’elle vive de nouvelles aventures après ma mort.»

Entré à l’âge de 13 ans à l’école des Beaux Arts de Mendoza, la région argentine qui l’a vu naître le 17 juillet 1932, ce fils d’Andalous avait tôt arrêté ses études pour se consacrer à sa passion : illustrateur d’humour.

Sa plus célèbre création, l’irrespectueuse Mafalda (publiée pour la première fois en 1964), deux points pour les yeux et une petite boule en guise de nez, est la fille d’une femme au foyer et d’un agent d’assurances argentins totalement dépassés par sa maturité.

Ses demandes d’explication sur la condition féminine, la dictature, la surpopulation, la guerre atomique ou encore Fidel Castro sont en réalité l’expression d’une indignation constante contre le monde des années 1960.

À sa sortie en Espagne, alors sous Franco, Mafalda est réservée aux adultes. Elle est censurée en Bolivie, au Chili et au Brésil. Après le coup d’État de 1976 en Argentine, Quino s’exile en Italie, puis en Espagne.

En 1982, Mafalda est adaptée en série animée. Elle sera notamment diffusée en France dans des programmes destinés aux enfants.

L’enfant contestataire avait reçu la Légion d’honneur en 2014 – une première pour un personnage de bande dessinée – quelques jours avant son créateur.

Atteint de problèmes de vue, Quino a définitivement posé son crayon en 2006.

En janvier 2015, après l’attentat contre Charlie Hebdo, le dessinateur, proche de Wolinski, avait fait l’une de ses dernières apparitions publiques, déclarant à cette occasion : «Mafalda aurait ressenti une peine terrible». Dans son fauteuil roulant, Quino tenait une pancarte «Je suis Charlie».

Kevin Negalo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s