Marseille (France) : deux jeunes filles blessées par balles dont une en état de mort cérébrale

Nouvelle scène de violence à Marseille. Une jeune fille de 19 ans a été grièvement blessée par balles et une autre de 17 ans plus légèrement, dans la soirée de dimanche soir, dans le quartier de la Belle-de-Mai, cité du Moulin du Mai, un quartier pauvre du 3e arrondissement de Marseille (Bouches-du-Rhône), rapporte « France info ».

Dans laa nuit du dimanche 11 octobre, aux alentours de 22h30, deux jeunes femmes sont blessées par balles. Touchée à la tête et aux jambes, celle de 19 ans se retrouve dans un état critique : en état de mort cérébral selon la police. La deuxième jeune fille de 17 ans est touchée au genou et au bras mais son pronostic vital n’est pas engagé. A précisé le procureur de Marseille à « France info ».

Selon le préfet des Bouches-du-Rhône, elles ont vraisemblablement été victimes d’un règlement de comptes entre trafiquants de drogue.

Les deux jeunes filles se trouvaient dans un véhicule avec deux autres personnes, deux hommes, quand leur voiture a été l’objet de « beaucoup de coups de feu autour d’un point de drogue », a rapporté le préfet de police des Bouches-du-Rhône, Emmanuel Barbe, sur « C news ». La fusillade s’est produite vers 22 heures dimanche. Le véhicule où se trouvaient les jeunes filles a été abordé par un autre avec deux hommes à l’intérieur. L’un d’eux est sorti du véhicule pour faire feu à l’arme automatique. L’auteur a tiré à plusieurs reprises, avant de prendre la fuite.

Selon les informations de « France info », le conducteur de la voiture, qui n’a pas été blessé, a été placé en garde à vue. Le conducteur est déjà connu des services de police. L’homme a déjà été victime d’une tentative d’homicide l’an dernier. Le quatrième occupant a pris la fuite. Il est aujourd’hui recherché. Impossible donc de savoir s’il a été touché par les tirs.

La Police judiciaire de Marseille est chargée de l’enquête. La piste d’un conflit en lien avec les stupéfiants semble privilégiée. Selon le préfet, ces « faits de violence », avec de « très jeunes filles » comme victimes, ont clairement été commis « à cause de la drogue ». Si c’était le cas, ce serait le onzième règlement de comptes de l’année, avec déjà neuf morts depuis le 1er janvier 2020. Les « réglos » avaient fait 10 morts en 2019 et 23 en 2018, loin des 29 morts de 2016.

Kevin Negalo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s