Festival de cinéma péruvien de Paris 2021 : Présentation des membres des jurys longs et courts métrages.

La 12ème édition de cinéma péruvien de Paris débute aujourd’hui, lundi 7 juin, et durera jusqu’à cr dimanche 13 juin, au cinéma « Le Saint André des Arts », à Paris, ainsi qu’en ligne, sur la plateforme de cinéma virtuel « La 25ème heure.

Cette année, « FemmeS du Monde magazine » st officiellement partenaire du festival de cinéma péruvien de Paris et vous informera, chaque jour, par, au moins un article et/ou une interview.

Pour débuter cette semaine de couverture presse de ce bel événement cinéma, nous vous proposons, dans cet article, de découvrir les membres des deux jurys – longs et courts métrages -, dont la présidente est Mme Catherine Boutheldja, entre autres : réalisatrice, scénariste, « script-doctor ».

C’est dans l’enceinte du « Saint André des Arts », cinéma réputé pour son grand soutien au cinéma d’auteur, situé rue Saint André des Arts, à Paris (dans le fameux « quartier latin »), que se déroule, durant toute cette semaine du 7 au 13 juin 2021, la 12ème édition du « Festival de cinéma P&ruvien de Paris ».

En plus de l’avant-première de « Juliana »,, film du patrimoine péruvien, dans une version restaurée – et dont nous vous parlerons plus longuement dans un prochain article qui lui sera exclusivement consacré -, des films longs et moyens métrages, aussi bien de fiction que documentaires, concurrent pour un prix dans chacune des des catégories de format. Bien sûr, qui dit « prix », dit « jury » pour déterminer qui remporte les-dits prix. Au festival de cinéma Péruvien de Paris, ils sont huit – cinq pour départager les longs métrages, et trois pour en faire de même dans la catégorie « courts métrages ». Nous vous les présentons, ci-dessous.

JURY LONGS METRAGES :

Présidente du jury :

Catherine Belkhodja – script-doctor et productrice  :

Artiste franco-algérienne, elle travaille comme architecte avant de rejoindre le journalisme (presse écrite et audiovisuelle), la radio puis le cinéma. Grande voyageuse en Europe et en Asie, elle étudie la philosophie, l’ethnologie, l’urbanisme et le théâtre et devient actrice, scénariste, scriptdoctor et productrice.

Catherine Belkhodja a participé à différentes émissions comme journaliste, animatrice ou conceptrice : Moi je, Sexy Folies, Mosaïque, Envoyé spécial, Des racines et des ailes, Faut pas rêver, Océaniques, Taxi au ton innovant, pour laquelle elle invente un plateau ambulant et un tournage nocturne et glamour dans une Cadillac. L’émission décroche un Sept d’or.

Elle fonde les éditions Karedas, spécialisées dans le haiku et le haibun, et y produit des films expérimentaux et des longs métrages (Demi-tarif,Level Five). Elle fonde la Compagnie de théâtre Belleville galaxie, présente ses mises en scène en France et en Algérie: Splendides Exilées d’Arezki Metref, Heureux comme un roi et Escalade clandestine, dont elle est l’auteure. En Egypte, elle écrit Désirs d’exil. De retour de Birmanie elle écrit 888, scénario prémonitoire autour de Aung San SuuKyi. En Algérie, elle tourne pour FR3 et ARTE son premier documentaire Reflet perdu du miroir. Muse et collaboratrice de Chris Marker – installations vidéos, actrice, co-scénariste, commentatrice ou productrice- , elle est la figure centrale de Silent Movie et de Getting Away With It. Actrice principale de Level Five de Chris Marker, elleréalise également Parfaitement imparfaite, Monsieur Clou, Escapade sévillane, Discours flous des nuages, Procès de l’œuf, Volontairement involontaire, Désespoir d’une biscotte, Dialogue avec les fantômes, Hamster mélancolique, des films expérimentaux dont elle confie parfois les effets spéciaux à Chris Marker. Elle présente également des performances ou œuvres diverses dans des musées ou des galeries: Ivana de Gavardie, Arnaud Lefebvre, Galerie Chappe, Gepetto, Zombrart. Cornucopia, Belleville-Galaxie, Cité des Arts, La maison Horta, La boutique 389.

Karen Byot, ancienne Directrice – adjointe de l’Unité Cinéma ARTE :

Elle entre à l’Unité Cinéma de la SEPT en 1987. A l’époque, la chaîne n’a pas encore le droit d’émettre autrement que par satellite jusqu’à la création d’ARTE en 1991 qui lui offre une plus grande visibilité. D’abord Chargée de postproduction et Administratrice adjointe de l’Unité Cinéma à ARTE France, elle part ensuite à ARTE GEIE à Strasbourg, où elle est Administratrice de Production de 1996 à 1999.

De retour à ARTE France, elle est Administratrice de l’Unité Cinéma avant d’être nommée en 2007 Directrice Adjointe de l’Unité Cinéma, plus particulièrement en charge de la sélection éditoriale et l’acquisition des films apportés par ARTE France. Elle quitte la chaîne en 2018.

Karen Byot a été membre du jury dans plusieurs festivals de cinéma et continue à suivre très attentivement les évolutions des cinématographies françaises et étrangères, dont le cinéma d’auteur en particulier.

Nicolas Verastegui – Directeur du SAE Institute à Paris :

Directeur du campus parisien de l’école internationale audiovisuelle SAE Institute depuis 2015. Né au Pérou, il a fait une carrière dans le domaine de l’éducation internationale au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni et en France. En tant que directeur de la SAE Institute, M. Verastegui a mis en place des dispositifs pour enrichir l’apprentissage des industries créatives et audiovisuelles au sein du campus de SAE à travers l’apprentissage dynamique, basé sur des projets pratiques.

Chaque année, le campus parisien de SAE Institute organise un Festival de cinéma dans lequel sont présentées les meilleures productions des étudiants, pour lequel M Verastegui fait partie du jury.

Olivier Pouponneau – scénariste Diplômé de Sciences Po Paris et chercheur en histoire de l’urbanisme :

Olivier Pouponneau est un scénariste français qui travaille pour la télévision. Il est l’auteur de plusieurs films d’époque et mini-séries dont Jeanne Poissonet Marquise De Pompadour pour France 2, et L’été des Lip, co-écrite avec le célèbre écrivain français Jean Vautrin et conçue pour France 3.

Il a adapté le roman de Charles-Ferdinand Ramuz, La grande peur dans la montagne( thriller) pour France 3 et le suisse TSR – (Prix du Jury dans le Grand Prix de Sopadin Script / Fipa 2006). Son Surveillance, qui a gagné le Prix à la meilleure direction au Festival de Luchon en 2013. Il est également créateur de plusieurs séries originales dont J’ai menti et Mirage, une série internationale de 6×52’, sélectionnée au Festival de Series Mania Co- production forum en 2015. Enfin il est co-fondateur d’un studio Transmedia, The Rabbit Hole et enseigne également l’art théâtral des séries dans les écoles française La Femis et la CEEA.

Zoltán Mayer – scénariste et réalisateur ;

Scénariste, photographe, réalisateur etmonteur, Zoltàn Mayer crée, en 1999, le groupe de recherche L’acteur messager pour lequel il dirige deux cours par an depuis 10 ans. En 1997, il produit, écrit et dirige son premier film, Hélium, un moyen-métrage qui obtient divers prix. En 2011 sort en salle Le sens de l’âge, prix des étoiles de la SCAM. C’est le premier documentaire court-métrage co-écrit, réalisé et monté avec Ludovic Virot, avec qui il collabore de nouveau en 2013 pour un autre documentaire, À bout de bras. En 2015 il sort son premier long métrage de fiction, Voyage en Chine, produit par Haut et Court – Carole Scotta, avec dans les rôles principaux Yolande Moreau et QuJingjing. Vrai succès, le film est resté 8 mois en salle. Aujourd’hui Zoltán Mayer travaille sur deux films, L’offensée et Lucie Lumière, une adaptation de sa nouvelle éponyme qui est sorti à l’automne 2020 où jouera l’actrice de Voyage en Chine, QuJingjing.

JURY COURTS-MÉTRAGES

Délia Espinat Dief – comédienne :

comédienne, formée à l’École Supérieure des Comédiens d’Asnières, Délia Espinat Dief joue à la fois pour le théâtre et le cinéma. En 2018 elle intègre la troupe de Simon Abkarian avec qui elle joue dans Le dernier jour du jeûne et L’envol des cigognes. Elle a récemment participé à la création de La maladie de la famille M mis en scène par Théo Askolovitch. Au cinéma on a pu la voir dans Pop Rédemption de Martin Le Gall, Tristesse Club de Vincent Mariette ou encore Juillet-Août de Diastème. Cet été elle sera en tournage pour le prochain long métrage d’Edouard Deluc.

Félix Terrones, écrivain et académicien :

Félix Terrones, né à Lima en 1990 est écrivain et académicien péruvien. Auteur des romans El silencio de la memoria (2008, MundoAjeno) et Ríos de ceniza (2015, Textual), il a également écrit un recueil d’histoires courtes, A media luz (2003, PCUP), un autre de micro-récits El viento en tu cara (2014, Nazari) et un essai intitulé un sueño hecho ficción: los prostíbulos en las novelas latino americanas (2019, Calambur). Comme co-auteur, il a publié avec Luis Hernán Castañeda et Paul Baudry Cuadernos de Obrajillo (2019, PEISA). Il a été docteur en études hispano américaines à l’université Bordeaux-Montaigne et a également enseigné la littérature latino-américaine et la traduction à l’Ecole Normale Supérieure (Ulm) ainsi que la création littéraire à SciencesPo Paris. Il vit actuellement à Tours, tout en étant professeur associé à l’université de Berne.

Anne Colson – scénariste :

Plasticienne diplômée de l’École Nationale Supérieure d’Art de Nancy en 2005, Anne Colson a réalisé une série de films expérimentaux, un moyen-métrage documentaire La disparition du chorégraphe (2016), sélectionné au festival Les rencontres Ad Hoc, et un premier court-métrage de fiction La pulpe de ses doigts (2021) actuellement en postproduction.

Christian Estevez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s