Affaire Mila : la jeune femme lit un message d’insultes et menaces reçu pendant le procès de ses harceleurs.

A l’issue du procès de treize de ses harceleurs, la jeune Mila a fait lecture, devant la presse, de messages d’une extrême violence reçus… pendant l’audience.

« Donc apparemment, il y en a qui n’ont pas envie de comprendre et je trouve ça désolant, c’est tout », a lancé Mila, mardi 22 juin, en marge du procès des 13 prévenus poursuivis pour l’avoir cyberharcelée. A la sortie du tribunal, la jeune femme de 18 ans a tenu à partager un nouveau message d’insultes, menaces .Une manière pour la jeune femme de faire ouvrir les yeux sur ses conditions de vie depuis un an.

Ils étaient treize à comparaître au tribunal judiciaire de Paris, les 21 et 22 juin. Treize harceleurs, sur les dizaines de milliers qui empoisonnent la vie de Mila depuis un an et demi. Chacun d’entre eux se voyait reprocher la publication de messages, sur Twitter ou Instagram, insultant ou menaçant très explicitement Mila et sa famille de mort. Au cours du procès, raconte le média « 20 Minutes », le juge Michaël Humbert a exprimé le souhait qu’il y ait  « un avant et un après », l’audience devant permettre de « poser les règles de ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas » sur les réseaux sociaux. Hélas pour le magistrat, et surtout pour Mila, il semble que la majeure partie des harceleurs n’aient pas saisi le message. À la fin de l’audience, mardi 22 juin au soir, Mila a tenu à en faire la démonstration devant la presse. Les larmes aux yeux, la jeune fille a donné lecture d’un message glaçant reçu trente minutes auparavant.

Envoyé par un certain « Ruben » sur Instagram, en message privé, le message est très long, et accompagné de messages vocaux à la teneur inconnue. Quant au texte, il enchaîne jusqu’à l’écœurement les pires insultes. « Sale [sic] race » ; « Salope » ; « Ta mère elle suce » ; Je vais te violer », etc. Un autre message, également reçu dans la journée, déclare à Mila : « Je t’encule jusqu’à se que tu pleur salope de merde ». « Tes tellement moche que même Satan il te voit, il pleure de la mocheté, personne t’aime, va te prendre grosse race de paysanne. (…) Tu te prends pour qui sale LGBT, (…) va te suicider », écrit l’auteur au milieu d’un tombereau d’insultes et de menaces de viol. « T’inquiètes pas, tu vas entendre parler de moi. (…) Tu fais de la peine, tu vas devenir mon souffre-douleur. »

Le parquet a requis, mardi, des peines allant jusqu’à six mois de prison avec sursis à l’encontre de douze des treize prévenus âgés de 18 à 30 ans, jugés pour avoir participé au cyberharcèlement de l’adolescente, après sa vidéo polémique critiquant le Coran et l’islam en janvier 2020. Le représentant de l’accusation a en revanche sollicité la relaxe d’un treizième prévenu, au bénéfice du doute. Les prévenus ont pour la plupart reconnu être les auteurs d’un message, mais ont contesté avoir su qu’ils participaient à un « raid » numérique.

L’audience, l’une des premières consacrées à l’infraction nouvelle de harcèlement en ligne, « doit permettre une prise de conscience, pour les prévenus et au-delà : il n’y a pas d’anonymat sur internet », a encore relevé le représentant du parquet. Le délibéré sera rendu le 7 juillet.

L’avocat de Mila, Richard Malka, a dénoncé une « lapidation numérique » de sa cliente. « Ceux qui ont commis des torts devront tous y répondre », a-t-il commenté à l’issue de l’audience. « Il y a ceux-là, il y en aura d’autres, le procureur l’a dit. Il y a de nouvelles vagues d’arrestations. On ne peut pas continuer dans cette sauvagerie-là. »

L’évocation, glaçante, de la vie que mène Mila depuis un an et demi, pour avoir dit ce qu’elle pensait de l’islam. Pour raconter cette histoire, Mila vient de sortir un livre-témoignage : « Je suis le prix de votre liberté ». Reste à savoir combien de temps elle devra continuer à encaisser les coups.

Christian Estevez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s