Agression du footballeur Yoane Wissa : une trentainenaire interpellée, également suspectée d’avoir enlevé un bébé.

Une femme de 32 ans, soupçonnée de l’agression du joueur de football de Lorient, Yoane Wissa, et de l’enlèvement d’un nourrisson, a été identifiée puis interpellée à son domicile de Vannes, ce samedi.

Selon des informations du journal « l’Équipe », une femme soupçonnée de l’agression du joueur de Lorient, Yoane Wissa, a été interpellée à son domicile de Vannes samedi. Elle est également suspectée d’une autre agression et de l’enlèvement d’un nourrisson.

Une femme a été interpellée ce week-end à Vannes, après l’enlèvement d’un nourrisson et l’agression de la mère du bébé. L’auteure présumée des faits pourrait être la même personne qui a agressé l’attaquant lorientais Yoane Wissa, jeudi dernier.

L’attaquant du FC Lorient, Yoane Wissa, a été agressé chez lui, à Ploemeur (Morbihan), dans la nuit de jeudi à vendredi, par une femme qui lui aurait projeté de l’acide au niveau du visage et du torse. L’affaire, aussi effrayante que surprenante, pourrait avoir été élucidée. Vendredi dernier, le FC Lorient se disait « sous le choc » après l’agression, la nuit précédente, de son attaquant international congolais Yoane Wissa. Brûlé au visage et aux yeux après qu’une femme inconnue lui a jeté de l’acide à son domicile, le joueur de 24 ans avait dû être hospitalisé et opéré en urgence.

La femme est également suspectée d’une autre agression et de l’enlèvement d’un nourrisson, retrouvé sain et sauf.

Chez elle, les enquêteurs de la police judiciaire de Rennes (Ille-et-Vilaine) ont retrouvé un nourrisson d’un mois et demi qui avait été enlevé, la veille, à sa mère à Vannes. La suspecte et son compagnon ont été aussitôt placés en garde à vue. Souffrant de troubles psychiques, la jeune trentenaire a finalement été hospitalisée d’office, ce dimanche. Toujours selon « L’Équipe ». Son compagnon, lavé de tout soupçon, a été remis en liberté.


Selon les premiers éléments de l’enquête « Cette jeune femme a indiqué qu’elle avait fait une fausse couche et qu’elle craignait que son compagnon la quitte, indique une source. Elle aurait alors mis en place un scénario en faisant croire que sa grossesse était toujours en cours. Elle aurait ensuite affirmé, toujours à son compagnon, qu’elle avait bien accouché, tout en lui expliquant que compte tenu des restrictions sanitaires dues au Covid-19, il ne pouvait pas voir leur nouveau-né. Dans le même temps, elle s’est fait passer pour une assistante sociale auprès de femmes qui venaient d’accoucher afin de pouvoir s’emparer de leur bébé. ». Un scénario qui a pris corps vendredi, en fin d’après-midi, à Vannes.

Ce jour-là, un jeune couple, accompagné de leur petite fille âgée d’un mois et demi, a rendez-vous avec une assistante sociale en périphérie de Vannes. Vers 16h30, le père laisse sa compagne et leur nourrisson avec l’assistante. Vers 20h30, ce dernier contacte la police alors qu’il n’a plus de nouvelles de sa femme et de leur enfant. Toujours selon « L’Équipe », vendredi, en fin d’après-midi, à Vannes, une mère de famille a été découverte, en partie dévêtue, grièvement blessée dans une rue de la ville. Rapidement secourue, elle explique que son bébé (d’un mois environ) lui a été enlevé par une femme se présentant comme « assistante sociale », qui avait pris contact avec le couple, fixant rendez-vous dans le quartier de Conleau. Très sérieusement brûlée sur 30 % du corps, la victime est aussitôt hospitalisée. C’est grâce aux appels téléphoniques que la suspecte avait passés au domicile de la victime que la police serait remontée à elle.

La description de cette femme correspond à l’auteure de l’agression de Wissa. « Le lien a été fait rapidement avec la suspecte, car elle avait appelé ce couple depuis son domicile, c’est comme ça que les policiers sont remontés jusqu’à elle », poursuit la même source. Une seconde femme, qui se serait fait passer pour une infirmière auprès du compagnon de l’auteure présumée des faits, a également été interpellée avant d’être placée en garde à vue. Son audition est en cours.

Les enquêteurs de la PJ de Rennes sont convaincus que l’agresseuse de Vannes est aussi celle qui s’en est pris à Wissa à son domicile, jeudi soir, à minuit. « Des recoupements techniques sont toujours en cours mais la description de cette femme correspond à celle qui était venue demander un autographe au joueur à son domicile quelques heures avant les faits et qui serait ensuite revenue pour l’agresser en lui projetant un produit corrosif au visage », relate une source proche de l’enquête. Les enquêteurs estiment que l’attaquant congolais (24 ans) a pu être ciblé car sa compagne a récemment accouché d’une petite fille.

Sollicité, le parquet de Lorient a indiqué que « le fait de communiquer, en l’état, sur l’interpellation d’un suspect, est tout à fait prématuré ». Toujours selon nos informations, au regard de l’état psychique de l’auteure présumée des faits, elle n’a pas pu être entendue sur l’agression concernant Wissa. Une enquête a été ouverte pour des faits de « tentative d’homicide », « enlèvement », « séquestration » et « actes de torture et barbarie ».

Opéré au niveau des yeux, à l’hôpital de Lorient vendredi, le footballeur est dans un état stable.

Kevin Negalo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s