Affaire Milla : Cyril Hanouna accusée de s’être « odieusement essuyé les pieds » sur la jeune fille, par son père.

L’animateur de TPMP, Cyril Hanouna, se serait « essuyé les pieds de manière odieuse » sur, Mila victime de cyberharcèlement et attaques après ses propos sur l’islam.

Le père de Mila, adolescente menacée de mort pour ses propos sur l’islam, a réglé, sur BFMTV, ses comptes avec le présentateur Cyril Hanouna qu’il a accusé de s’être “essuyé les pieds” sur sa fille “de manière odieuse”.

D’après le père de Mila, l’animateur de C8 a été « vexé » que sa fille choisisse de s’exprimer sur l’émission concurrente de Yann Barthès « Quotidien ».

Alors qu’elle était en pleine polémique, suite à ses propos contre l’islam, Mila avait répondu favorablement une seule et unique invitation sur un plateau-télévisé. Sur BMTV, ce vendredi 27 août, son père a d’ailleurs expliqué l’avoir poussé à accepter: “Au bout de quelques semaines, j’ai pensé que ce serait opportun pour Mila qu’elle puisse s’exprimer”, assure-t-il.

La famille choisit le plateau de “Quotidien” sur TMC. ”Ça a amélioré un peu les choses car les gens ont pu se rendre compte que c’était une ado comme tous les ados”, affirme le père. En revanche, il n’a pas du tout apprécié les remarques d’un présentateur de C8 cette fois, Cyril Hanouna.

“Certains, vexés que Mila ne soit pas venue dans leur programme, se sont essuyés les pieds sur elle de manière odieuse. Ils avaient essayé à, au moins dix reprises, de la faire venir dans leur émission, disant que ses propos étaient ‘inadmissibles’ qu’elle devait ‘se cacher’. Je parle de monsieur Hanouna, avec Touche Pas à Mon Poste”, a accusé le père de l’adolescente.

Deux jours après le passage de Mila sur TMC, l’animateur de “Touche pas à mon post” avait reconnu qu’ils avaient aussi proposé à la jeune fille de s’exprimer dans son autre émission “Balance ton post”. “Mais je pense qu’on aurait regretté de l’avoir prise car je pense que, pour elle, ça peut être dévastateur”, avait expliqué Cyril Hanouna.

Avant d’ajouter: “C’est juste une jeune fille de 16 ans qui a dit des mots qui sont, pour moi, inadmissibles, je ne supporte pas ce genre d’insultes. Je n’aime pas trop qu’on rigole ou qu’on insulte des religions. C’est vrai que c’est le droit au blasphème, mais elle ferait mieux de se calmer et rester dans son coin pour que tout rentre dans l’ordre”, avait-il ajouté.

Début juillet 2021, 12 des 13 personnes jugées pour avoir participé au cyberharcèlement de la jeune fille ont écopé de peines de prison avec sursis. Une treizième a été relaxée. À l’issue du procès, Mila s’était félicité d’avoir “gagné”.

Kevin Negalo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s