L’actrice Audrey Fleurot se confie sur le harcèlement de rue qu’elle a subi :  » j’étais traumatisé  ».

A l’affiche, ce 2 septembre, dans la série « Mensonges » sur TF1, l’actrice Audrey Fleurot s’est également confiée sur son adolescence, marquée par le harcèlement de rue, à nos confrères de « Paris Match.

Audrey Fleurot ne passe pas inaperçue ! La flamboyante rousse est une femme pétillante, autant par son physique que sa personnalité. Récemment, elle était à l’affiche de « HPI : Haut potentiel intellectuel », la nouvelle série de TF1 diffusée en avril 2021. Elle incarnait Morgane Alvaro, une femme de ménage dotée d’un important potentiel intellectuel et qui devient consultante pour la DIPJ de Lille, pour les aider à résoudre des enquêtes grâce à sa vivacité d’esprit. Une première saison de huit épisodes qui a rencontré un véritable succès – et pour preuve, la saison 2 serait déjà en production. Une nouvelle étape dans la carrière d’Audrey Fleurot qui vient encore d’être mise à l’honneur sur TF1 avec la nouvelle série « Mensonges », diffusée aujourd’hui – jeudi 2 septembre 2021.

À cette occasion, l’actrice a accepté d’accorder une longue interview au magazine « Paris Match ». Elle est revenue sur les débuts de sa carrière mais également sur des sujets un peu plus délicats, comme le mouvement #MeToo, très présent dans le milieu artistique depuis octobre 2017, avec l’éclatement de l’affaire Weinstein.

Même si les choses vont très bien en ce moment pour la comédienne, le chemin n’a pas été facile pour l’actrice, qui avoue avoir énormément souffert de son physique. « Quand vous démarrez et que vous renvoyez une image assez forte parce que vous êtes grande, rousse et avec de gros seins, ce n’est pas toujours simple », avait-elle confié dans « Télé Star » en avril dernier.

Connue pour ses rôles dans les séries « Kaamelott », « Engrenages », « Le bazar de la charité », « HPI » ou encore le film « Intouchable »… L’actrice Audrey Fleurot, qui a, à présent, 44 ans, s’est notamment confiée sur les débuts de sa carrière. L’occasion pour elle de se remémorer, particulièrement, sa jeunesse et de s’exprimer sur un sujet qu’il lui tient à cœur depuis le début du mouvement #MeToo : le harcèlement de rue. Un problème qu’elle a elle-même subi plus jeune. « C’est un sentiment que j’ai toujours eu. Le mouvement #MeToo m’a fascinée parce que beaucoup d’hommes ont réalisé ce que toutes les femmes savent, mais n’avaient jamais dit : quand tu es une fille, tu te fais tout le temps agresser. Et tu dois trouver des parades », a affirmé Audrey Fleurot.

Toujours dans ce même entretien accordé à nos confrères, l’actrice a même listé les techniques qu’elle utilisait pour ne pas se faire remarquer dans la rue à l’époque : « Plus jeune, quand je rentrais le soir, je changeais mes talons pour des baskets, j’attachais mes cheveux, je mettais une capuche. J’ai commencé à faire du scooter à 20 ans parce que je n’en pouvais plus de me faire importuner dans le métro. À un moment, tu me demandais l’heure dans la rue, je sortais ma bombe de lacrymo tellement j’étais traumatisée ».

« Aujourd’hui, les commentaires sur le physique m’agacent », a ajouté Audrey Fleurot : « S’ils sont positifs, tu es censée être flattée. Mais si tu dis à un mec ‘putain, tu as un beau cul’, il sera choqué. Nous, c’est notre quotidien. ».

Frédérique Levan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s