Londres : Une institutrice assassinée, un homme d’une trentaine d’années arrêté.

La police londonienne a arrêté, ce dimanche matin, un homme de 38 ans suspecté du meurtre de Sabina Nessa, institutrice retrouvée morte, la semaine dernière, dans un parc londonien.

Sabina Nessa, institutrice de 28 ans, du Sud-Est de Londres, avait disparu le vendredi, alors qu’elle sortait de chez elle pour se rendre à un bar situé à cinq minutes à pied. Un passant avait retrouvé son corps le lendemain, vers 17 h 30, caché sous un tas de feuilles, selon l’agence de presse britannique PA.

« Un homme de 38 ans a été arrêté pour suspicion de meurtre vers 03 h, ce dimanche 26 septembre, à une adresse dans l’East Sussex » (région au nord-est de Londres – ndlr), est-il indiqué dans un communiqué. Il a été placé en garde à vue. La Met police n’a pas précisé si cet homme était celui qu’elle recherchait activement depuis plusieurs jours, aperçu à proximité du lieu de l’enlèvement sur une bande de vidéosurveillance.

Deux autres personnes, un homme de 38 ans et un autre d’une quarantaine d’années, sans lien apparent, avaient été précédemment arrêtés par Scotland Yard, avant d’être relâchés

La jeune femme était institutrice depuis plus d’un an à l’école primaire Rushney Green de Catford, un district du sud-est de Londres. Lisa Williams, la directrice de l’établissement, a déclaré au quotidien britannique « The Independant » que Sabina Nessa était « gentille, attentionnée et entièrement dévouée à ses élèves ».

Selon la police, elle était célibataire, sans enfant, et vivait à Lewisham, dans la banlieue de Londres. Son père est chef cuisinier dans un restaurant indien. L’une de ses deux sœurs lui a rendu hommage sur Twitter : « mon inspiration pour toujours me mettre en avant et ne jamais laisser quelqu’un me rabaisser ».

La mort de Sabina Nessa survient quelques mois à peine après celle de Sarah Everard, Londonienne de 33 ans attaquée en pleine rue puis tuée début mars tandis qu’elle rentrait chez elle : une affaire qui avait bouleversé le Royaume-Uni et relancé le débat sur la sécurité des femmes dans l’espace public.

Vendredi soir, des centaines de personnes se sont réunies dans le Sud-Est de Londres pour une émouvante veillée en l’honneur de l’enseignante, munis de bouquets, bougies ou pancartes, afin de montrer leur solidarité avec les proches de la victime.

Joseph Kouamé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s