Enora Malagré violemment attaquée sur les réseaux sociaux pour son aveu d’avoir avorté.

Très engagée dans de nombreuses causes, ce lundi 28 septembre,Enora Malagré a profité de la journée mondiale du droit à l’avortement pour prendre la parole. Mais cette prise de parole lui a valu de nombreux messages d’une grande violence sur les réseaux sociaux. Enora a réagi sur son compte Instagram dans la foulée.

À l’occasion de la journée mondiale du droit à l’avortement ce mardi 28 septembre, plusieurs figures publiques ont pris la parole et défendu cette cause importante. Connue pour ne pas avoir sa langue dans sa poche et ses nombreux engagements, Enora Malagré s’est longuement exprimée sur son compte Instagram en ce jour symbolique. Déterminée, l’ancienne chroniqueuse de « Touche pas à mon poste » a publié un cliché engagé. Sous la publication, un texte très personnel y a été ajouté. « Je re-déclare que j’ai avorté deux fois. Que c’était une solution à un moment de ma vie mais pas un échec », a-t-elle confié.

L’ancienne chroniqueuse de « Touche pas à mon poste » est particulièrement touchée par ce sujet, puisqu’elle a eu recours à l’avortement à deux reprises. Elle ne cache donc pas son engagement dès que l’occasion se présente. Et cela ne plaît malheureusement pas toujours. Pour preuve, elle a reçu « une flopée de messages malveillants ». après avoir rappelé qu' »avorter est un droit fondamental ». « Je reçois depuis ce matin des messages complètement fous où on me dit que c’est bien fait pour moi si je ne peux plus avoir d’enfant, que mes avortements avaient provoqué mon endométriose… Bref, des inepties. L’avortement et l’endométriose, ça n’a rien à voir. Mes avortements ont été une solution et pas un échec. (…) Je le répète : avorter est un droit fondamental et j’aimerais bien retrouver, dans ces moments-là, un peu de sororité, un peu de solidarité », a-t-elle donc vite répondu en « story » Instagram. Puis, elle a partagé deux messages qu’elle a reçus, tout en précisant qu’il y en avait d’autre d’une « rare violence ».

Enora Malagré a ensuite renouvelé sa prise de position sur son fil d’actualité, afin que son message soit vu par un plus grand nombre. Elle a rappelé que son endométriose n’était en rien liée à ses avortements et que, « malgré [sa] maladie, [elle] ne regrette rien ». « Je marche la tête haute, je suis libre de disposer de mon corps. Je suis experte de ma propre vie . Le droit à l’avortement est un droit fondamental et humain et je milite férocement pour l’allongement des délais ! », a-t-elle conclu.

Cette publication engagée a bien évidemment été félicitée par de nombreux internautes. « Respect à toi Enora, tu as le courage de parler des sujets qui fâchent », peut-on lire parmi les commentaires.

En 2018, Enora Malagré livrait un récit poignant sur son site, La WTF. La belle blonde de 41 ans révélait qu’elle avait avorté à deux reprises. La première fois, elle avait « à peine » 20 ans. « Je suis tombée enceinte de mon amoureux de l’époque. Il avait mon âge, je le connaissais à peine. Nous n’étions pas prêts, je n’en avais pas envie. Et je n’ai pas à être jugée pour cela », détaillait-elle. Lors du second, elle était en couple mais ne se sentait pas prête à fonder une famille avec son compagnon de l’époque. « L’homme avec qui je partageais ma vie faisait un métier instable. Il n’était pas souvent là et je sentais que ce n’était pas le père que j’aurais voulu pour mon enfant. L’avenir m’a donné raison, a-t-elle assuré. Et puis de mon côté, c’était le début d’une vie professionnelle que j’attendais depuis longtemps. Ça décollait enfin, ce n’était pas le moment », écrivait-elle.

Après avoir annoncé être atteinte d’endométriose en 2017, sur le plateau de « Touche pas à mon poste », Enora Malagré a souvent pris la parole à ce sujet. Que ce soit sur son compte Instagram ou pour des magazines de santé, la comédienne raconte régulièrement son vécu pour aider toutes les femmes atteintes de cette même maladie. En 2019, la chroniqueuse a également publié un livre intitulé « Un cri du ventre », entièrement dédié à l’endométriose.

Kevin Negalo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s