États-Unis : L’actrice Alyssa Milano arrêtée pour avoir manifesté devant la Maison Blanche.

Lors d’une manifestation pour la protection du droit de vote à Washington DC, l’actrice Alyssa Milano a été arrêtée. Elle protestait en faveur du « Freedom to Vote Act ».

Les plus anciens l’ont découverte en jeune adolescente rebelle dans « Madame est servie » (« Who’s the boss », pour le titre original – ndlr), célèbre série des années 1980 diffusée largement, en France, sur M6. Alyssa Milano incarnait alors la fille de Tony Micelli, devant s’intégrer dans une famille bourgeoise du Connecticut. À la fin des années 1990, c’est sous les traits d’une gentille sorcière que la comédienne a crevé l’écran au côté de Shannen Doherty et Holly Marie Combs. « Charmed », phénomène de la décennie, l’a définitivement propulsé comme vedette du petit écran.

Même si elle se tient plus éloignée aujourd’hui des plateaux de tournage, l’actrice de 48 ans n’en reste pas moins sous le feu des projecteurs. En cause ? Son engagement en faveur des défavorisés aux États-Unis. En femme engagée, l’actrice a toujours pris la parole pour dénoncer les injustices et les inégalités. Elle fait notamment partie des nombreuses célébrités à s’être farouchement opposées à la politique menée par Donald Trump quand celui-ci occupait la Maison-Blanche.


Lors de la manifestation pour la protection du droit de vote qui se tenait à Washington ce mardi 19 octobre, Alyssa Milano a été arrêtée. La jeune femme se tenait devant la Maison Blanche, parmi des dizaines d’autres manifestants.

Sur son compte Twitter, la star a partagé son expérience. « J’ai été arrêtée pour avoir demandé à l’administration Biden et au Sénat d’utiliser leur mandat afin de protéger le droit de vote. Rejoignez-moi pour dire au Sénat et à la Maison-Blanche que le droit de vote ne devrait pas dépendre du lieu de résidence ».

Le « Freedom to Vote Act » a pour but de simplifier les inscriptions sur les registres électoraux, et ainsi transformer l’élection en jour de congé obligatoire. Le Sénat doit se prononcer les prochains jours sur le projet de loi.

En effet, lors de l’élection présidentielle opposant Joe Biden et Donald Trump, des centaines d’électeurs avaient dû faire la queue pendant des heures, manquant ainsi une journée de salaire. Ces personnes venaient majoritairement des quartiers défavorisés.

Selon « NBC News » – repris par « 20 Minutes » -, les Démocrates seraient en faveur de ce « Freedom to Vote Act », tandis que les Républicains ont menacé de faire obstruction.

Frédérique Levan & Joseph Kouamé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s