L’animatrice Maureen Dor confie avoir été agressée sexuellement par Nicolas Hulot.

Dans un courrier transmis à « Envoyé spécial », Maureen Dor raconte avoir été agressée sexuellement par Nicolas Hulot, dans un hôtel de Bruxelles, en 1989. L’animatrice et comédienne belge avait alors 18 ans.

Les faits se seraient dérouler en 1989 à Bruxelles, dans la chambre d’hôtel de celui qui est alors l’animateur vedette d' »Ushuaïa » sur TF1. Maureen Dor raconte avoir écrit à l’époque une lettre à Nicolas Hulot pour lui signifier qu’elle avait « adoré » son livre, « Les chemins de traverse », paru en 1989. « Dans cette lettre, je lui disais aussi que j’étais Bruxelloise et que je me ferais un plaisir de lui faire visiter ma ville si un jour il y venait. Je lui laissais aussi mon numéro de téléphone puisque nous étions ‘collègues de télévision' », précise celle qui travaillait alors à la télévision belge.

Contactée par l’animateur lors de l’une de ses venues à Bruxelles, Maureen Dor aurait d’abord bu un verre avec ce dernier au bar de son hôtel. « Au bout d’un quart d’heure, il me dit que des journalistes doivent venir l’interviewer et il me propose de l’accompagner dans sa chambre pour les attendre », relate-t-elle. « Je dis oui, évidemment ! Je n’ai jamais vu les chambres de ce grand hôtel je n’ai même jamais été dans un établissement comme celui-là et je suis flattée qu’il me le propose », explique l’animatrice.

« Je l’accompagne donc et, aussitôt dans la chambre, le voilà qui me saute dessus et tente de m’embrasser. Je le repousse, étonnée et effrayée, en lui faisant cette remarque si naïve : ‘Mais vous avez une femme !’ et lui de me répondre que cela n’a rien à voir et que je serai une ‘parenthèse' », raconte-t-elle. Après avoir quitté la chambre, Maureen Dor explique avoir cependant accepté de dîner avec l’animateur. « Malgré ce qu’il venait de se passer, j’ai tout de même voulu aller dîner avec lui, fascinée par le bonhomme. Voilà, c’est là où j’ai l’impression de ne pas avoir été claire avec moi-même », commente-t-elle.

«J’avais été interloquée par sa tentative de baiser, par ses mains qui avaient agrippé mon visage, mais l’envie et la fierté d’avoir été invitée par lui ont été les plus fortes. (…). Pendant la nuit, je lui ai écrit une longue lettre dans laquelle je disais qu’il ne fallait pas faire ça aux jeunes filles qui l’admiraient», se souvient-elle encore. «Je suis convaincue qu’entre 15 ans et 25 ans, il y a une période où les filles/femmes sont particulièrement vulnérables, écrit-elle aussi. Comme un trou noir de leur instinct qui les rend incapables de réagir comme elles le devraient à certaines situations, ou comme leur instinct de conservation, plus tard, les fera réagir. ».

« Je suis sincèrement désolée pour la fille de monsieur Hulot qui va découvrir que son père n’est pas le héros ou l’homme intègre qu’elle était en droit d’espérer mais je suis encore plus désolée pour toutes les femmes qui l’ont appris dans la douleur et à leur corps défendant (c’est le cas de le dire !). Entre elle et elles, j’ai choisi elles. Parce qu’elles, c’est aussi moi. Et ça, j’ai mis très longtemps à m’en rendre compte », écrit Maureen Dor à la fin de sa lettre. Et d’ajouter : « Aucune femme qui témoigne à visage découvert ou anonymement ne le fait facilement et de gaîté de cœur. Mais certaines douleurs enfouies doivent sortir pour faire place à de nouvelles émotions qui, elles, ne feront pas mal ».

Présumé innocent, Nicolas Hulot s’est défendu, sur BFMTV, et dans « Envoyé spécial » sur France 2. Sur la chaîne info, mercredi, il a qualifié les accusations le visant d' »affirmations purement mensongères ». « Je veux dire que ni de près ni de loin, je n’ai commis ces actes », s’est-il défendu au micro de Bruce Toussaint, dénonçant sur France 2 « un procès médiatique (…) fait à l’avance ». « Je n’ai même pas envie de me défendre, ça ne m’intéresse plus. De toute façon, la parole des gens mis en cause aujourd’hui, elle est de fait dénaturée et suspecte », a-t-il ajouté dans un échange avec Elise Lucet.

Sur BFMTV, l’ex-ministre de la Transition écologique a, par ailleurs, annoncé se retirer « définitivement la vie publique ». « Je suis écœuré, je vais vivre pour ma famille, mes amis, je quitte mon engagement, je ne m’exprimerai plus. Je ne me reconnais plus dans cette société », avait-il affirmé.

Maxime Kouadio

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s