Erin Heatherton se droguait pour apparaître mince et musclée sur les podiums de Victoria’s Secret !

Dans le podcast « Fallen Angel », la mannequin Erin Heatherton a fait une révélation choc. Alors qu’elle était au sommet de sa carrière, l’ « Ange » de Victoria’s Secret prenait une substance appelée phentermine pour rester le plus mince possible.

La mannequin qui a travaillée avec la marque Victoria’s Secret entre 2010 et 2013 sentait que son corps changeait et qu’elle n’était plus assez maigre pour les standards de la marque de lingerie.

Avec son corps de déesse, difficile de croire qu’Erin Heatherton ne réponde pas aux attentes de toutes les maisons de couture. Et pourtant. Après avoir défilé pour Victoria’s Secret pendant trois ans, le top de 27 ans s’est vu contraint de cesser sa collaboration avec la marque, en 2013. Ce n’est qu’aujourd’hui qu’Erin en explique la raison: «Lors de mes deux derniers , on m’a demandé de maigrir.»

Obéissante, l’Américaine avait alors essayé de se nourrir plus sainement et de faire plus de sport. En vain. Déjà mince, son corps ne pouvait plus perdre de kilos. «J’étais déprimée, dit-elle. J’en suis arrivée à un point où, un soir, en rentrant du sport, je me souviens d’avoir regardé mon assiette en me disant que je ne devais peut-être pas la finir.»

C’est là qu’elle a compris que cette pression ne pouvait plus durer. Elle a ainsi réalisé qu’elle «ne pouvait plus parader devant ces femmes qui la regardent» et leur faire croire qu’il était normal d’avoir un corps comme le sien.

« Ça m’a un peu poussée à bout. Ça m’a définitivement conduite sur cette voie où je suis allée voir ce nutritionniste, qui m’a fait prendre cette pilule de régime appelée phentermine, que mon thérapeute a comparé à de la méthamphétamine. Je me suis dit : « Laissez-moi faire comme Lance Armstrong, parce que je suis en train de rénover mon appartement. Je ne peux pas perdre mon emploi en ce moment ». J’ai commencé à m’injecter des stéroïdes anabolisants », a-t-elle expliqué.

Une révélation inquiétante, d’autant que d’après Justin Harman, ancien responsable éditoriale du magazine Glamour, cette pratique était généralisée. « Et pour moi, c’est là que la partie la plus infâme de toute cette opération entre en jeu. Parce qu’elle enseigne aux jeunes femmes et aux jeunes filles à quoi ressemblent les femmes, alors que les « Anges » elles-mêmes doivent prendre des mesures ridicules pour s’assurer qu’elles n’ont pas l’air fragiles lorsqu’elles s’affament pour rester minces », a-t-elle ajouté au micro du podcast.

Dans le programme audio, Justine Harman évoque également les liens entre le fondateur de Victoria’s Secret, Lex Wesner, et le milliardaire et pédophile condamné Jeffrey Epstein.

Barbara Chow

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s